Tolkien et les sciences, sous la direction de R. Lehoucq, L. Mangin, J-S. Steyer.

« Tolkien et les sciences » est un ouvrage collectif paru en octobre 2019 chez Belin au prix de 35€ (384 pages). Disons-le tout de suite, je trouve l’objet plutôt séduisant. Belle mise en page, agréable à lire malgré une taille et un poids conséquents. Les différentes parties ainsi que les nombreux chapitres sont, je trouve, bien équilibrés ce qui rend la lecture plaisante et fluide. Le tout est parsemé de belles illustrations inédites d’Arnaud Rafaelian ainsi que de nombreux schémas et cartes.

Tolkien

Gandalf scrutant la dévastation d’Isengard, Arnaud Rafaelian, Tolkien et les sciences, Belin.

Je ne vais pas entrer dans le détail de cet ouvrage et en faire un résumé exhaustif si ce n’est en choisissant quelques chapitres que je juge représentatifs du ton de ce dernier.

Ce livre donne la parole à 38 experts, qui tentent de passer au crible l’œuvre de J.R.R. Tolkien afin d’en dévoiler les fondements scientifiques. Se succèdent ainsi archéologues, sociologues, physiciens, économistes, volcanologues, linguistes, botanistes, philosophes ou encore médecins pour ne citer qu’eux. Cela offre des chapitres très didactiques où le prétexte de l’analyse de l’œuvre de Tolkien permet d’apprendre énormément de choses. Même si ce livre peut plaire à n’importe quel curieux en matière de sciences, je pense qu’il est préférable d’avoir au moins lu Le Hobbit ainsi que Le Seigneur des Anneaux au préalable. Cela, évidemment, pour ne pas trop dévoiler les histoires et pour ne pas gâcher l’émerveillement que suscite la Terre de Milieu. À ce titre, durant ma lecture, je me faisais souvent la réflexion suivante : qu’aurait pensé ce cher Tolkien d’un tel ouvrage ? Je ne connais pas assez la pensée de l’homme pour pouvoir y répondre mais, le peu que j’ai lu à son propos me ferait douter de sa joie à l’idée de voir un décryptage scientifique et pragmatique de son œuvre. Si vous avez des éléments et des connaissances sur ce sujet n’hésitez pas à m’en faire part.

Revenons à notre ouvrage. Eh bien force est de constater que ce dernier réaffirme et souligne une nouvelle fois s’il en était besoin la cohérence de l’univers créé par Tolkien. On voit l’écrivain se muer en botaniste et volcanologue par exemple. Il se mue aussi en fin observateur de la nature. Émerge alors, en plus de l’écrivain, du poète et du philologue reconnu, un scientifique autodidacte très complet.

À titre d’exemple, il y a un chapitre qui m’a beaucoup marqué. Celui consacré à la météorologie de la Terre du Milieu. Dans celui-ci, des climatologues de l’université de Bristol en Angleterre ont modélisé en trois dimensions une carte de la Terre du Milieu afin d’y appliquer un modèle météorologique. Ils ont estimé la hauteur des reliefs, l’altitude des cours d’eaux, la profondeur des océans, l’emplacement des forêts, etc… Tout cela a permis d’obtenir des cartes somme toute assez détaillées des températures qui règnent en Terre du Milieu, mais aussi des cartes des vents, des répartition des précipitations et des différents types de végétations. On se rend alors compte que certains lieux de l’histoire sont placés à des endroits plus que pertinents du point de vue du climat. Prenons l’exemple des Havre Gris, cet endroit d’où partent, après la Guerre de l’Anneau, Frodo, Bilbo, Gandalf, Elrond et Galadriel vers les Terres Immortelles. Eh bien cet endroit correspond exactement à celui où les vents qui viennent des terres sont les plus favorables pour voguer vers l’ouest. C’est stupéfiant ! Au passage, on apprend aussi dans ce chapitre que le climat de La Comté correspond à celui de la Biélorussie.

Tous les chapitres sont de cette envergure, on les lit et on se dit : « Mais, il a vraiment pensé à tout ça le Tolkien ? Comment est-ce possible ? ».

Les chapitres, très complets et pleins de concepts et de notions sont, je l’ai dit, agréables à lire. Parfois non sans humour comme celui consacré à la médecine et l’état psychologique des protagonistes de l’œuvre. Frodo souffrirait vraisemblablement de troubles psychosomatiques à cause du fardeau qu’est l’Anneau. Et je ne vous parle même pas des troubles de Gollum…

Pêle-mêle je pourrais mentionner le chapitre (savoureux) qui traite de la reproduction des nains, celui sur l’évolution des langues elfiques à la suite des migrations des populations ou encore celui consacré aux grands pieds de nos chers petits Hobbits. Dans celui-là, on peut apprendre que le métatarse allongé ainsi que l’absence de voute plantaire (des pieds plats en fait) expliquent les grandes qualités de discrétion des demi-hommes et donc leur réputation de cambrioleur (cf Le Hobbit). En effet, l’absence de voute plantaire permet une meilleure répartition sur toute la surface du pied de tout le poids du hobbit. On peut également citer un excellent chapitre consacré aux manipulations génétiques de Saruman visant à créer son armée. Ce chapitre est d’ailleurs disponible sur le site de la Sorbonne. Suivez ce lien : Les OGM (orques génétiquement modifiés) de Saruman

Livre jubilatoire à lire, sérieux, parfois drôle, il permet au lecteur de Tolkien autant qu’au curieux de se familiariser avec de nombreuses sciences tout en se promenant en Terre du Milieu. On y redécouvre l’auteur du Silmarillon en scientifique autodidacte cherchant à construire un univers des plus cohérents possibles. Même s’il s’inspire de certaines sciences, d’autres choses sont le fruit de sa création pure. Tout cela contribue à montrer Tolkien comme l’un des plus grands constructeurs de mondes de la littérature.

Pour aller plus loin dans le décryptage de l’œuvre de Tolkien du point de vue mythologique, je vous invite à lire mon article consacré à Tolkien et la mythologie germano-scandinave, de Rudolf Simek. Suivez ce lien : La Terre du Milieu. Tolkien et la mythologie germano-scandinave.

Belles lectures,

Thomas.

2 commentaires sur “Tolkien et les sciences, sous la direction de R. Lehoucq, L. Mangin, J-S. Steyer.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :