Meganne nous parle de… Tolkien.

On inaugure un nouveau rendez-vous sur le blog, j’ai nommé : Terre des lecteurs. Régulièrement, je laisserai ainsi la parole à un lecteur passionné rencontré ici ou là. L’idée est d’aborder plus particulièrement un auteur cher à notre lecteur ou à notre lectrice du moment.

Et pour cette première rencontre, Meganne a très gentiment accepté d’être mon cobaye euh pardon, d’inaugurer ce nouveau rendez-vous et de prendre le temps de venir nous parler de la passion qu’elle porte à notre cher Tolkien. Vous trouverez les liens vers son site ainsi que vers ses profils Twitter et Instagram à la fin de l’entretien.

 

Bonjour Meganne et merci d’avoir accepté d’inaugurer ce nouveau format sur le blog (et de servir de cobaye !). Est-ce que tu peux présenter la lectrice que tu es ? Comment t’es venu le goût de la lecture, à quel rythme lis-tu ? Que représente la lecture pour toi ?

La lecture ! Vaste sujet. J’ai commencé à lire avant d’entrer à l’école ; c’est ma grand-mère qui m’a appris. Mes grands-parents avaient une grande bibliothèque dans le salon, dans laquelle on a toujours eu droit de piocher, j’ai toujours vu ma maman lire… du coup j’ai voulu reproduire très tôt et ma grand-mère n’a pas voulu m’en empêcher. Elle m’a appris sur l’album Arc-en-Ciel : le plus beau poisson de l’océan. Je lui ai crié plein de fois dessus parce qu’elle lisait à ma place et que je voulais faire comme une grande… Des années après je m’en souviens avec précision et je pense que ça participe de la petite émotion précieuse que j’ai associée à la lecture. Ma grand-mère n’est plus là mais nos souvenirs autour des livres oui, et c’est un petit peu d’elle qui m’accompagne dans cette passion qui prend beaucoup de place maintenant ! Et le phénomène s’est amplifié avec mon voyage en Terre du Milieu. J’étais encore petite quand ma grand-mère est décédée et mon comportement a été pas mal compliqué à gérer pour mes parents. Pour la sortie du troisième film au cinéma ils m’ont fait la surprise de me préparer le genre de grosse journée qui s’apparente à une fête dans la tête d’une gamine (pour ma défense, en 2003 j’avais 7 ans) : fast-food, ciné, je me souviens même avoir eu le droit au bateau pirate Playmobil en rentrant (écho à la Bataille des Champs du Pelennor tu comprends !). Bref grosse journée et grosse découverte. Après la séance j’ai dit à mes parents que j’aurais aimé que ça ne termine jamais ; ils m’ont offert la trilogie (au design affreux d’ailleurs, avec les images du film) que j’ai toujours dans la bibliothèque. Première édition, première lecture d’un voyage qui, en effet, ne s’est pas terminé avec ce dernier film. Pour recentrer un peu sur ta question, je dirais que la lecture a toujours été associée à quelque chose de bénéfique : la découverte des mots auprès de l’une des personnes qui a le plus compté dans ma vie, et la découverte d’un univers qui m’a aidé à surmonter la perte de cette même personne. C’est bête à dire mais c’est ça pour moi : partager et se sauver. Le goût s’est installé comme ça et il a été conforté ensuite par la curiosité. Mon rapport à la lecture a changé pendant mes études de lettres parce que j’ai appris à lire autrement, en mettant les texte en perspective d’une époque, d’un mouvement, d’une esthétique. Donc j’ai appris à apprécier des auteurs et des histoires que j’avais eu du mal à lire au lycée. J’ai commencé à lire et apprécier beaucoup plus d’œuvres dites « classiques » même si la Fantasy s’est toujours arraché la préférence qu’a instauré Tolkien. Mon rythme de lecture lui, est franchement inégal. Je peux lire 3 livres en une semaine comme ne rien lire pendant plusieurs semaines. Ça dépend de mon emploi du temps et de mon envie. En revanche j’ai toujours plusieurs lectures en cours, histoire de me donner le choix !

Tu me parles de Fantasy et c’est vrai, pour te suivre depuis quelques temps sur Twitter notamment, que c’est ton genre de prédilection. Avant d’entrer plus encore dans le vif du sujet à propos de Tolkien, j’aimerai que tu me parles un peu des lectures que tu aimes hors fantasy. Quels sont tes auteurs et tes œuvres de référence ? Celles qui t’ont marquées, vers lesquelles tu reviens ?

Si la Fantasy a gagné le monopole de la bibliothèque je suis susceptible de tout lire dans le sens où je n’ai d’à priori sur aucun genre. Néanmoins je ne lis que très peu de polars/thrillers et encore plus rarement de romances « pures ». En revanche j’ai toujours un recueil de poésie dans mes lectures en cours ; avec une grosse préférence pour l’ère romantique. J’ai dû lire Les Méditations poétiques de Lamartine une bonne cinquantaine de fois. Côté classiques je pense que c’est Zola qui est le plus représenté dans ma bibliothèque. S’il fallait choisir des livres et auteurs de références… je dirais La Mécanique du cœur de Malzieu, La Horde du Contrevent de Damasio et Notre Dame de Paris d’Hugo. À eux trois ils passent en revue approximativement tout ce que j’aime en littérature. Malzieu parce qu’il se trouve à la frontière entre le fantastique et la poésie ; ses livres te secouent l’âme en à peine 100 pages c’est terrible. Damasio parce que je pense qu’il est ma plus belle découverte depuis Tolkien, qu’il allie beauté et complexité de la langue avec réflexion : si la Horde m’a marquée au point de le mentionner ici, Les Furtifs m’a changée. Tu sais, par des petites phrases limite assassines qui remettent en perspective ta vision des choses. Et Hugo… parce qu’il est le premier auteur de littérature française estampillée « classique » que j’ai lu et pour qui j’ai pleuré. Je suis encore loin d’avoir une bonne culture en termes de science-fiction mais c’est un genre qui me parle de plus. Et depuis quelques années j’ai sauté à pieds joints dans les textes mythologiques. D’abord au sujet de la mythologie gréco-romaine. Puis les textes qui gravitent autour de la légende Arthurienne qui ont bien entamé une sorte de fascination pour tout ça et finalement je le suis perdue (ou trouvée ?) dans les récits fondateurs scandinaves et là… ça a été la révélation mais on touche déjà plus ou moins à une forme de littérature de l’imaginaire qui se rapproche doucement de la Fantasy. J’en suis déjà à plusieurs relectures de l’Edda poétique, je suis en pleine lecture des Sagas Légendaires Islandaises et l’aventure est encore loin de s’achever !

La transition est toute trouvée avec l’Edda poétique, l’une des œuvres qui ont inspirées notre cher Tolkien. Parlons un peu de lui tiens. Et de ton rapport à son œuvre. Tu te souviens de tes premières impressions quand tu as ouvert l’un de ses livres ? Quelles émotions t’ont traversées ? As-tu aimé immédiatement ?

J’étais très jeune quand j’ai lu pour la première fois le Seigneur des Anneaux donc j’étais vraiment très loin de tout comprendre. J’ai enchaîné avec Le Hobbit qui m’avait de fait paru beaucoup plus accessible pour relire Le Seigneur des Anneaux quelques années après. Malgré tout j’ai tout de suite aimé l’univers, qui était déjà bien ancré dans ma tête grâce aux films. Disons que je suis partie de l’émerveillement d’une enfant pour en arriver à la fascination d’une adulte. J’ai été d’autant plus impressionnée pendant ma première lecture du Silmarillion qui m’a bien duré 2 mois ! Mais la plus grosse rencontre émotionnelle a été la rencontre avec l’histoire de Beren et Lúthien. Là il a été question d’une émotion qui touche au cœur. Donc aimé immédiatement oui, mais je dois avouer aimer davantage à chaque relecture.

Beren et Lúthien est effectivement un conte magnifique. Pour quelqu’un qui souhaiterait lire Tolkien pour la première fois, tu conseillerais nécessairement de commencer par Le Hobbit ? Est-ce que quelqu’un qui ne l’a jamais lu pourrai lire Beren et Luthien tiens ? Au passage je te remercie de m’avoir souvent guidé et conseillé dans l’ordre de lecture de l’œuvre. 

Je ne conseillerais pas forcément Le Hobbit non. A quelqu’un qui ne connaîtrait pas l’univers peut-être mais c’est de plus en plus rare. Je trouve Le Hobbit quand même beaucoup plus accessible que d’autres histoires imbriquées dans celle plus vaste de la Terre du Milieu, donc à conseiller à un enfant pourquoi pas. Pour un adulte je conseillerais seulement de se lancer ! Mais conseiller de façon générale me paraît compliqué avec Tolkien ; son œuvre est tellement complexe qu’il faudrait que je connaisse les préférences de mon interlocuteur pour essayer d’être la plus efficace possible ! Est-ce que quelqu’un qui n’a jamais lu pourrait lire Beren et Lúthien ? Je dirais oui, même si mettre le poème en perspective avec Le Seigneur des Anneaux reste très « puissant » émotionnellement parlant (du moins ça l’à été pour moi). Néanmoins je pense qu’il peut se suffire à lui-même (puis le spectateur aguerris saura remettre les personnages plus rapidement puisqu’il en est question dans la chanson d’Aragorn dans le premier film de Jackson). Pour les conseils c’est avec grand plaisir ahah !

Quelle est la force des romans de Tolkien selon toi ? Et du Seigneur des Anneaux plus particulièrement ?

Elle m’a fait cogiter cette question. La force des romans de Tolkien. Je vais commencer par la réponse absolument bateau que quiconque pourrait donner : l’imaginaire. Qu’il s’agisse du Seigneur des Anneaux qui pose déjà un certain nombre des jalons de l’univers, mais surtout du Silmarillion et de tous les écrits qui forment la mythologie de la Terre du Milieu. C’est simplement dingue qu’un monde ait été façonné dans ses moindres détails… et qu’il donne à l’étude même plusieurs années après sa sortie. Des livres sont dédiés aux plantes de la Terre du Milieu, d’autres chapitres de bouquins le sont à sa géologie, il existe des manuels pour « apprendre » à parler elfique. Quand tu ouvres un livre de Tolkien, tu bascules dans un monde à l’intérieur d’un monde. C’est ce qui m’a émerveillée étant enfant, c’est ce qui me fascine maintenant et c’est ce que je n’ai encore jamais trouvé chez un autre auteur ou dans un autre univers. Aucune de mes rencontres littéraires post Tolkien n’ont été si fouillées, si intenses. Je dirais ensuite l’écriture qui, bien qu’exigeante, bien que vieillotte, charrie un quelque chose de mystique (mais je reconnais ne pas du tout être objective). Ses descriptions à rallonge sont souvent montrées du doigt mais je dois avouer les aimer plus que de raison. Les scènes de combat et celles qui gravitent autour d’elles, les démonstrations d’amitié… Et puis il y a ses poèmes… Je pense que c’est finalement ce mélange des formes et cette finesse, cette justesse, qui sont également une force. Une force qui rejoint justement les centres d’intérêts, les influences mêmes du monsieur : une érudition poétique. Finalement je dirais qu’il est peut-être la plus belle force de son propre univers.

Et justement cette force, toi qui es institutrice il me semble, tu l’utilises au quotidien ? Tolkien peut être, dans une certaine mesure, une ressource pour ton travail ?

Ahah j’adore cette question ! Il faut déjà savoir que j’ai quasiment toujours quelque chose en rapport avec l’univers, un tote-bag, un autocollant sur l’ordinateur,… forcément avec des enfants on en vient assez facilement à discuter de beaucoup de choses. À ça s’ajoute le fait que chaque semaine nous écrivons nos « petits plaisirs » sur des papiers que nous laissons anonymes ou que nous signons (au choix des élèves) pour garder une trace en classe de toutes les belles choses qui nous sont arrivées durant l’année. Il se trouve que l’un de mes élèves de CM1 avait écrit sur son papier que son petit plaisir de la semaine avait été de commencer la lecture du Seigneur des Anneaux. Assez logiquement j’ai cherché à rebondir dessus et j’ai parlé à la classe de ma profonde affection pour l’univers et pour cet auteur. Ils en sont venus à me poser des tas de questions auxquels j’ai répondu en leur apportant pas mal de choses pour étayer mes explications. Puis ils ont fini par me demander s’il était possible de travailler le roman en classe. Pour la période 4 on travaillera donc sur le Hobbit qui sera le thème général de nos enseignements. Ça promet du travail à préparer pour l’adapter à mes deux niveaux mais ça les bottait une veille de vacances c’est pour dire… Alors quand tu rajoutes la possibilité de leur montrer des objets de collection, la magie prend assez vite ; ils sont relativement faciles à intéresser à cet âge ! Et quand je vois qu’ils me réclament la BD ou l’album de Bilbo pendant le quart-d’heure lecture, je me dis que j’ai réussi mon ambassade ! Ça nous a aussi permis de parler de beaucoup de choses comme les préférences de lecture, l’importance de lire ce qu’on veut mais surtout ce qu’on aime, et d’autres considérations du genre que je trouve fondamentales à leur passer quand ils sont encore en pleine construction d’eux-mêmes. Et pour ça, la littérature de l’imaginaire (de Tolkien parce qu’on parle de lui, mais par extension de tous ses collègues) permet une richesse et une approche assez géniale avec des enfants. Donc définitivement j’en suis encore au tout début de ma carrière mais Tolkien est déjà bien présent et le restera je le pense ! Mais à côté de ça je suis encore à la fac aussi, et il me suit jusque dans mon projet de mémoire de master donc je réitère pour de bon : il est toujours là dans mon travail quotidien, qu’il s’agisse des élèves ou des formateurs. Je pense qu’il y a beaucoup plus à en tirer qu’une « simple » histoire donc j’en profite et j’essaie d’en faire profiter mon entourage ! (Même si je passe souvent pour quelqu’un d’absolument dingue, au comportement légèrement obsessionnel, il faut le dire ahah).

Merci beaucoup Meganne pour cet entretien qui, j’espère aura donnez envie de lire ou de se replonger dans l’œuvre de Tolkien. En tout cas je pense que tu auras parfaitement su nous communiquer, nous transmettre peut-être ta passion.

Vous pouvez donc retrouver Meganne par ici :

 

On vous souhaite de belles lectures,

Meganne et Thomas.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :